23 janvier 2021

Voie mère ? Voie sans issue…

Par Philippe BLET

La presse locale a relaté les conversations entre les habitants de certains quartiers de Calais concernant les futurs travaux de la voie ferrée que l’on nomme «voie mère».

La presse locale a relaté les conversations entre les habitants de certains quartiers de Calais concernant les futurs travaux de la voie ferrée que l’on nomme «voie mère».

Tout d’abord, l’exercice me semble déséquilibré au regard du poids des acteurs publics en présence. Nous avons d’un côté les citoyens concernés à savoir, la rue Mollien, le secteur du technicentre (Les Cailloux) et le secteur rue Duguay-Trouin. Il est vrai que ceux-ci sont directement touchés par les nuisances d’aujourd’hui et dans l’avenir. Ils sont seuls. 

Ils sont seuls face à SNCF Réseaux qui a les moyens à la hauteur des enjeux. SNCF Réseaux doit maintenir sa présence sur le site, au cœur de la ville de Calais, pour des raisons d’économies budgétaires. 

Ils sont seuls face à la mairie de Calais. « Que nenni !!!» vont-ils répondre, ces élus, d’un air offusqué. Lors de ces rencontres virtuelles, le 1er adjoint au maire de la Cité des 6 Bourgeois, s’est empressé de soutenir les riverains. En vérité, élu conseiller régional en 2015, quelles initiatives a-t-il pris pour protéger les riverains et trouver des solutions qui permettent de retrouver calme et sérénité dans les quartiers ???? 

Ils sont seuls, les riverains de ces quartiers.

Pendant tout ce temps, il a été créé un gros  nuage de fumée pour éviter d’évoquer les véritables responsables de cette inertie, à savoir, le Conseil Régional des Hauts-de-France et de son exécutif, Xavier Bertrand et Natacha Bouchart. Faut-il leur rappeler que le Conseil Régional est «compétent» en matière de transport.

Lorsque l’on observe le Calaisis en prenant de la hauteur (si si c’est possible !!!), la voie mère n’est qu’une voie sans issue en matière d’aménagement du territoire. Alors que dans le même  temps, les activités portuaires, aéroportuaires et industrielles, le foncier disponible avec la zone de transport et logistique de la turquerie, la liaison ferrée, se situent à l’Est.

La liaison ferrée du port à l’Est est la seule solution qui garantira le succès et l’avenir du développement économique du Calaisis et permettre l’emploi pérenne. Mais la vraie question à se poser «Est-ce que la région Hauts-de-France présidée par Xavier Bertrand et Natacha Bouchart, présidente de l’agglomération de Calais se donneront les moyens financiers pour l’avenir de la Côte d’Opale ? J’en doute…

Tout ceci permettrait aux riverains de la rue Mollien, du quartier «des Cailloux»  et le secteur rue Duguay-Trouin de trouver calme et quiétude.