Humeur à l’issue d’un Conseil Communautaire

54439577_B971751189Z.1_20140107201316_000_GU11OFB26.1-0[1]Je me suis rendu au Conseil Communautaire de l’agglomération Cap Calaisis qui s’est déroulé ce 30 mai.

En première partie, à l’ordre du jour, nous avons eu la présentation du rapport de la Cour des Comptes Régional concernant la gestion de la Communauté d’agglomération Cap Calaisis de 2010 à 2014.

A l’écoute de la majorité bouchart en place, toujours le même discours : «  C’est pas nous, c’est l’ancien président ». Au sortir du Conseil, un journaliste me posait la question : « pourquoi vous n’avez pas répondu ? ». A cela, je lui répond : « j’ai déjà répondu aux Bals des faux-culs » En revanche, la vrai surprise est le discours de Jacky Hénin où celui-ci a rejoins le discours bouchart.

Pour rappel, les budgets de 2010 à 2014 ont été voté à l’unanimité ainsi que la création de postes. Soit, à l’époque, je me suis découvert des talents d’hypnotiseur et les élus à l’époque ne savaient ce qu’ils faisaient, soit ces même élus sont des irresponsables et n’assument leur vote durant ma présidence. A vous de choisir !!!!

Cela étant, ce rapport est un bel exercice technique qu’il faut saluer. Pourtant, afin d’éclairer au mieux le rapport de la cour des comptes régionale, il manque la dimension politique, à savoir le projet de territoire ainsi que les rapports d’activités de la période concernée.

Durant ces années, nous avons pu mettre en place des politiques publiques volontaristes en matière économique, sociale, environnementale et culturelle. Nous avons su collectivement oser, innover .

Avec la raréfaction des dotations de l’État depuis prés de 5 ans, il y a une nécessité de permettre aux acteurs du bloc communal une clarification des compétences entre notre communauté et les communes adhérentes. Développement économique et touristique, Urbanisme, logement/Habitat et Transport doivent être de compétences communautaires pleine et entière. (lire ma note « Intercommunalité : un rendez-vous manqué »).

Cette clarification permettrai une augmentation du Coefficient d’Intégration Fiscal (C.I.F) et par voie de conséquence une respiration financière de la Communauté d’Agglomération Cap Calaisis de près de 3 millions d’euros.

Ces nouveaux moyens seront un nouveau levier afin de soutenir les investissements et les politiques publiques comme la cohésion sociale, l’éducation artistique, notre politique événementielle, de maintenir voir augmenter notre soutien aux créateurs d’entreprise.

Pour le reste, à la lecture de la délibération concernant la subvention pour l’événement « Long Ma – L’esprit du cheval-dragon » porté par le Channel Scène National, il est indiqué une liste d’événements qui marque la volonté de retrouver de l’attractivité : Blériot 2009 ou les fêtes maritimes. En revanche, le festival Violons et Chants du Monde a disparu des événements marquants de la Communauté d’Agglomération.

Cette délibération marque l’enterrement de cet événement culturel du territoire. Tout comme l’abandon du Jardin des Arts (dispositif pour favoriser l’éducation artistique), la culture et l’éducation de nos jeunes et moins jeunes n’est plus une priorité pour la majorité bouchart (LR).

Enfin, l’Office Public de l’Habitat est rattaché à la Communauté d’agglomération Cap Calaisis par le vote à l’unanimité. Le débat n’est resté qu’au niveau de la gestion et en particulier les garanties d’emprunt. Au-delà de l’obligation législative, nous n’avons eu aucune prospective, aucun projet sur la question du Plan Local de l’Habitat. C’est technique mais en rien politique. Les bailleurs sociaux du territoire, comme l’OPH, sont des acteurs essentiels. Mais c’est aux responsables politiques de déterminer le projet de territoire : en un mot, donner sens.

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *