Entretien avec Philippe Blet et Arlette Deverdenne

Philippe Blet, Candidat aux élections législatives (7ème circonscription du Pas-de-Calais)

Qui suis-je ?

Marié, 4 enfants, je vis à Calais depuis plus de vingt ans. Pourtant je n’ignore rien de la ruralité. J’ai grandi à la campagne. Mon grand-père était agriculteur et mon père qui a travaillé toute sa vie dans les métiers de l’élevage.

A l’unisson de François Hollande, je peux dire que : Rien ne m’a été donné. Je n’ai rien hérité de personne.

Éducateur de profession, j’ai adhéré au Parti socialiste en 1986. J’ai siégé au Conseil national du PS et au Secrétariat fédéral du Pas-de-Calais.

Élu municipal de Calais de 1995 à 2001sur la liste d’union de la gauche, je me suis engagé dans le monde syndical et associatif.  Mon beau père était un conducteur de bus mais aussi un représentant syndical respecté.  Responsable syndical au niveau départemental, j’ai été élu au Conseil de Prud’hommes de Calais de 2002 à 2008. J’ai été l’un des animateurs de l’association « Faut qu’on s’active !» (près de 200 000 signatures pour une «loi Vincent Humbert» instaurant une exception pour l’euthanasie strictement encadrée).

Élu premier adjoint de la ville de Calais en mars 2008 sur la liste d’union Populaire et Sociale, je suis membre du Conseil d’orientation de l’Assemblée des communautés de France.

La communauté d’agglomération du Calaisis, que je préside depuis 4 ans, a amélioré fortement sa capacité de désendettement, malgré la crise, tout en menant des projets ambitieux de développement économique.

C’est la preuve que « quand on veut, on peut ».

J’ai la conviction qu’avec du courage et de  la ténacité nous pouvons, ensemble, combattre le fatalisme et la résignation. Notre pays a des ressources qu’il nous faut développer pour pouvoir les partager.

Je suis pour une gauche indépendante, débarrassée des diktats parisiens ou lillois, une gauche libérée des combines qui ont longtemps sacrifié la démocratie calaisienne et confisqué le choix des électeurs.

J’ai confiance en vous pour bousculer les partis politiques traditionnels et leur montrer qu’une autre voie est possible pour amener le changement.

Arlette Deverdenne, suppléante 7ème cironscription du Pas-de-Calais

Entretien avec ARLETTE DEVERDENNE CRANDAL

 

Mariée, 5 enfants, je suis née à Calais. J’ai exercé la profession de secrétaire en milieu Associatif.

 

Actuellement retraitée, je suis Déléguée Départementale de l’Education Nationale.

 

J’ai été élue conseillère municipale de Calais en 2001 au sein de la majorité de gauche. Durant ces 7 années passées au sein du Conseil Municipal, j’ai eu la fierté de pouvoir m’occuper de ma ville et de ses habitants.

 

Militante durant plusieurs années  au  Parti communiste Français, je suis une femme de conviction et de progrès, vivant parmi vous.

C’est la raison pour laquelle, je me trouve aujourd’hui aux cotés de Philippe BLET.

Homme de gauche, élu de terrain, il est respectueux,  à l‘écoute de tous.

Conscient que la vraie richesse se trouve dans les rapports humains et dans la liberté d’agir, son engagement dans les domaines du « mieux vivre » et du « social », son fonctionnement démocratique, correspondent tout à fait à mon attente et à celle de la population qui a confiance dans la gauche libre.

C’est l’occasion de moderniser la vie politique et d’agir pour le Calaisis de demain.

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *