A propos de Seafrance

La décision du tribunal de commerce de Paris de prononcer la liquidation judicaire de la compagnie SeaFrance ne doit pas nous faire
baisser les bras.

Il faut tout faire pour sauvegarder un lien fixe transmanche français. Il ne faut négliger aucune solution pour maintenir le plus
d’emplois possibles. Je réaffirme mon soutien à la proposition qui réunira ces deux conditions, pour moi, essentielles.

Par conviction, je suis favorable au projet de SCOP. L’idée que les salariés agissent, collectivement, pour sauvegarder leur entreprise
et en maitrisent l’avenir ne peut que retenir toute mon attention. 

Dans cette affaire, l’inaction de l’état, des années durant, est parfaitement incompréhensible. Il porte une lourde responsabilité dans
cette situation.

Je pense aux salariés et à leurs familles qui vivront encore difficilement, dans une angoissante incertitude, cette période de fin
d’année.

Je pense également aux nombreux salariés qui ont déjà quitté l’entreprise. Pour eux, le sentiment d’un énorme gâchis et d’un sacrifice
vain doit prédominer.

Une rencontre a eu lieu, cet après midi, à l’Hôtel communautaire, entre les représentants de la SCOP et Philippe Blet, président de Cap
Calaisis, en présence de Paul Watkins, président du Dover District Council.