Mon intervention en Conseil Municipal de Calais

Madame Le Maire, Chers collègues,

16 mars 2008/ 17 octobre 2011 : Cela fait 3 ans et demi que nous travaillons
ensemble pour appliquer notre programme municipal. 17 297 calaisiens ont validé ce projet, porté par une équipe issue de la Gauche, du Centre, de la Droite et des apolitiques avec des
responsabilités partagées.

Après plus de 3 ans, nous commençons à récolter les fruits  de notre
travail pour Calais et le Calaisis. Nous pouvons être fier collectivement du travail accompli car nous avons remis Calais dans les politiques publiques de la région et de l’Etat. Calais a enfin
des projets à présenter, Calais a enfin des projets à proposer, Calais a enfin des projets à mettre en place. Calais est redevenu un acteur régional pour l’intérêt de notre population

L’acte fondateur de notre présence ici encore ce soir est notre élection aux élections
municipales : loyaux quant à l’application de ce programme, libre au-delà du périmètre politique de ce programme.

Peut-être qu’un très petit nombre qui compose cette majorité municipale l’ont oublié.
C’est bien dommage. Le débat existe et doit toujours exister à l’intérieur de cette majorité. Que ce soit les Adjoints envers le Maire ou les Vice-présidents envers le Président, ce n’est pas des
réquisitions dans la presse ou en conseil qu’il soit municipal ou communautaire dont nous avons besoin, mais des solutions pour l’intérêt de notre population.

C’est pourquoi, j’ai demandé, d’une part à notre tête de liste, maire de Calais, et à
l’ensemble de la liste populaire et sociale de présenter à ce conseil municipal une délibération pour désigner les nouveaux conseillers communautaires. Cette proposition a été validée par une
très grande majorité.

Certains, dans cette assemblée, peuvent penser que notre action collective n’est pas
assez à Droite, pas au Centre, pas assez Apolitique ou encore pas assez à Gauche. A ceux-là, je leur dis avec force que le débat n’est pas là.

Nous avons une responsabilité envers nos concitoyens : celle de leur redonner de
l’espoir après 37 ans d’immobilisme politique et économique, celle de favoriser les talents dans cette ville ouverte maintenant.

Je ne répondrais pas aux attaques personnelles qui relèvent plus de la gestion des égos
et d’amertumes et ambitions mal maitrisées.

De façon claire, l’heure n’est pas au bilan, il est dans l’action.

Pour ce qui concerne les politiques publiques misent en place depuis plus de 3 ans et
demi à Cap Calaisis, nous sommes sortis des vieux registres, c’est-à-dire, « Ce n’est pas nous, c’est les autres ».

Le territoire a repris son destin en main par la mise en place des politiques publiques
volontaristes.

·         Développement économique :

o   Création de l’agence de développement économique

o   Maitrise du temps et de l’espace par la maitrise foncière par l’achat des terrains de la
Turquerie et la création d’un service d’archéologie préventive pour réduire le temps de l’instruction.

o   Fond d’aide à l’innovation car un territoire qui n’innove pas se meurs

o   Arrivée des projets : Clinique Psychiatrique, Calais 1er dans la
logistique, porteur d’espoir en matière de création d’emplois ou encore l’avant-projet qui n’est pas encore validé, Spyland.

o   Les habitants de calais et de Cap Calaisis ont du talent : il leur suffit d’un
petit coup de pouce par les politiques misent en place : création de la couveuse d’entreprise, soutien financier pour les créateurs d’entreprises au sein de la pépinière
d’entreprises.

 

·         En matière de cohésion sociale et je ne prendrais que 2 exemples,

o   celui du Plan Local d’Insertion par l’économique. Cap Calaisis a doublé son soutien
financier.

o   De même Cap Calaisis a doublé sa participation dans le cadre du Contrat Urbain de
Cohésion Sociale.

·         En matière environnementale : car il n’y a pas que les riches qui ont le droit de faire des économies d’énergie : Cap Calaisis a mis en place un fonds d’aide aux économies d’énergie à la hauteur de 150 000 euros.

 

Je vais profiter de ce moment afin de rassurer la population et la totalité des élus de
la Communauté d’Agglomération Cap Calaisis.

 

Sur le plan financier et après trois ans de mandat, la Communauté d’Agglomération va
beaucoup mieux. Elle a retrouvé  de la crédibilité financière et des marges de manœuvres pour appliquer nos engagements politiques.

 

Au mois de septembre dernier, les membres du bureau communautaires se sont réunis afin
de valider la Plan Pluriannuel d’Investissement à la hauteur de prés de 70 millions sous réserve de maintenir la stratégie financière de la Communauté d’agglomération valider depuis 3 ans. C’est
chose faite.

 

De passer de 115  à moins de 70  M d’euros, il a été nécessaire
de faire des choix politiques. C’est choix, nous les avons faits. La qualité d’un responsable politique, c’est faire des choix même difficile.

 

Nous avons confirmé les grands projets comme la rénovation des berges et canaux qui vont
accompagner le lancement de la navette fluviale, l’école d’art qui permettra un meilleur accueil du public, de meilleure condition de travail pour le personnel et surtout qu’elle devienne un vrai
centre culturel pour l’animation de notre ville et enfin le Centre de Congres et de spectacle.

 

Et je n’évoquerais pas la mise en place de nouveaux moyens de transport dans notre ville
grâce au SITAC, le bras armé du transport de Cap Calaisis : extension des Balad’In, mise en place des Vel’in avec plus de 35 stations sur le territoire du Calaisis, et demain la navette
fluviale.

 

Oui, Calais et le Calaisis bouge car nous nous sommes donné les moyens.

 

Je terminerai par une citation. Vous savez que j’aime évoquer les grands hommes et
femmes qui ont fait l’histoire.

C’est celle de François Mitterrand : «L’homme politique s’exprime d’abord par ses actes ; c’est d’eux dont il est comptable ; discours et écrits ne sont que des pièces
d’appui au service de son œuvre d’action.»