Conseil de surveillance du PLDE du Calaisis

plde_calaisis_1.jpgVous retrouverez ci-dessous mon intervention lors du Conseil de surveillance du PLDE du Calaisis qui s’est déroulé le 30 novembre dans les
locaux de la Communauté d’Agglomération Cap Calaisis.

«  Notre actualité économique est
comme une douche écossaise. A de bonnes nouvelles telle l’ouverture d’une clinique sur la zone du Virval, l’aménagement de la zone logistique Calais Premier à la Turquerie, le lancement des
premières enseignes sur la zone des Caillous, Calais Port 2015 ou le projet Spyland…

succèdent, hélas, des annonces de catastrophes sociales et économiques :

 

D’une part, comme vous le savez, nous pouvons craindre la fermeture de la compagnie Seafrance si rien n’est décidé
rapidement.

Il s’agit  de la perte de plus de 800 emplois directs. L’ensemble de la côte d’Opale et pas seulement le
Calaisis serait touché si une solution de continuité n’est pas trouvée.

A ces emplois, il faut ajouter ceux des entreprises sous-traitantes qui souffriront également de la fermeture de la
dernière compagnie sous pavillon français.

Cette situation est d’autant plus inacceptable que le marché transmanche, malgré la crise, est un secteur encore
porteur.

 

Un projet de SCOP est proposé par les salariés.

La région a annoncé une participation à hauteur de 10 millions d’euros.


Le conseil communautaire de Cap Calaisis Terre d’Opale a débattu, lors de sa réunion du jeudi 24 novembre 2011, sur
l’opportunité et la manière de participer au sauvetage de la compagnie maritime.

 plde_calaisis_2.jpg

La nécessit é de mobiliser l’ensemble de la Côte
d’Opale s’est imposée. C’est pourquoi, j’ai demandé, par écrit, qu’une table ronde soit organisée par la Région avec les intercommunalités de la Côte d’Opale et les Conseils Généraux.

 

Un espoir demeure avec, entre autres, ce projet de création de SCOP. Nous devons nous mobiliser pour
que cet espoir se concrétise.

 

D’autre part, durant ce conseil de gouvernance sera, entre autre, évoqué l’accompagnement au développement des
entreprises artisanales.

 

Pour aller dans ce sens, j’ai récemment échangé avec des responsables de la chambre des métiers. Les créateurs sont
bien pris en charge. Et l’agglomération participe largement aux actions mises en place pour soutenir la création d’entreprise.

 

Par contre, ces responsables me disaient qu’un artisan, après quelques années d’existence, se retrouve face à une
difficulté. Celle de passer à l’étape supérieure et de procéder à sa ou ses premières embauches.

 

La difficulté n’est pas tant de recruter mais parfois d’investir dans la mise aux normes réglementaires d’accueil et
de sécurité des salariés.

 

Ces contraintes peuvent être un frein aux premières embauches parce que l’investissement, dans certains cas, 
se révèle important et considéré comme improductif.  

 

D’où l’idée, à développer, d’un prêt à taux zéro. Un peu sur le modèle de celui créé par la Région pour l’innovation
et relayé par Cap Calaisis sur le territoire.

 

plde_calaisis_3.jpgCette idée reste à creuser. Je vous la livre telle qu’elle m’a été  soumise mais si cela peut aider à créer des emplois et à développer notre
tissu de PME artisanales, je crois qu’il ne faut pas hésiter.

 

Nous ne pourrons faire non plus l’économie d’une réflexion sur la revitalisation du commerce en centre ville. C’est
un phénomène général en France, mais particulièrement marqué dans le Calaisis.

 

Voilà ces quelques mots pour rappeler succinctement la situation du territoire tout en vous souhaitant la bienvenue.
La crise est là mais c’est une raison de plus pour booster le développement économique.