Vernissage expo « aires de danses… »

Quelques-images-4-7571.JPG

La danse est un art en mouvement. Essayer de capter ces corps, de saisir leurs mouvements qui s’enchaînent, c’est-à-dire l’éphémère,
puisqu’aucun mouvement ne reviendra à l’identique, est sans nul doute une gageure.

Ce défi trois professeurs de l’école d’art du calaisis, Francis Beauchart, Audrey Dewet, Xavier Hennicaux et leurs élèves ont voulu le
relever. Ils ont saisi l’occasion du festival de danses de Calais « Danses d’automne » pour le relever. Vous avez pu assister aux répétitions des compagnies Carolyn Carlson, Hakim
Gorab, Hervé Kouby, calaisien d’origine, et Laurent Touret.

Les photographies, dessins et expressions textiles me disent que vous avez parfaitement réalisé votre ambition. Dans cette exposition
de production des professeurs et des élèves, je ne vois rien de figé. Tout y est mouvement et expression, tout y interpelle notre imagination. Bravo à David Barbage, votre directeur, pour la mise
en scène de l’espace.

On m’a dit que le professeur de photographie avait déjà réalisé des clichés de CaroQuelques-images-4-7568.JPGlyn Carlson, il y a 25 ans,
à Calais, lorsqu’elle animait un stage de danse. C’est ce qui a, en partie, inspiré ce travail.

En tout cas, je ne peux que me féliciter de cette dynamique culturelle qui traverse ainsi la ville. L’école d’art sort de ses murs et
tire profit du festival de danse. C’est ainsi que je vois les choses. Chacun peut s’enrichir de l’autre et proposer de quoi inspirer d’autres encore. Il ne faut pas que cela s’arrête.

Cette huitième exposition interne à l’école d’art doit être un point de départ. Un lancement vers d’autres structures culturelles. Plus
il y aura d’échange, plus les portes entre disciplines seront grandes ouvertes, plus les élèves s’enrichiront.

Ne soyons pas frileux, comme vous n’avez pas eu de crainte de vous attaquer aux mouvements, même si à priori cela se révèle
difficile.

Vous avez réussi et cette exposition le prouve.

Continuez à briser les barrières, à franchir les présupposés, à ne pas reculer devant ce qui vous est présenté comme impossible.

Bravo et continuez à aller de l’avant.