Conseil Communautaire : Revue de presse

 

 

 

 

http://www.lillehardware.com/portail/images/logos/La_Voix_du_Nord_logo.pngCap Calaisis conforte sa participation au contrat local d’éducation artistique

Le conseil communautaire s’est déroulé hier soir, à l’hôtel de Ville.

 

De nombreuses délibérations purement techniques étaient inscrites à l’ordre du jour, et aucune n’a fait l’objet de débat particulier.
Comme il en a pris l’habitude depuis son élection, Philippe Blet a organisé un point presse, quelques heures avant la séance, pour aborder les sujets les plus intéressants de l’ordre du
jour.

Turquerie.- Quelques délibérations techniques ont été votées sur cette zone, « la plus grande zone d’activités du
Calaisis », souligne Philippe Blet. Mais avant de voir les investisseurs dans le domaine de la logistique s’y installer pour de bon, il va falloir s’armer de patience : « c’est un
travail très lourd, très compliqué », répète le président de Cap Calaisis. Des 160 hectares de la http://www.lavoixdunord.fr/stories/image250x00/mediastore/VDN/A2010/M10/cap-calaisis-conforte-sa-participation-735317.jpgzone, l’intercommunalité est aujourd’hui
propriétaire d’un tiers. Pour le reste, « nous sommes en discussions avec les agriculteurs, avec qui cela se passe bien », poursuit Philippe Blet. Aux dernières nouvelles, le Préfet
aurait annoncé officieusement le lancement prochain d’une étude préalable à l’enquête publique… Vous avez dit lourd et compliqué ?

Assainissement.- La communauté d’agglomération va lancer deux importants programmes : l’un pour l’extension du réseau
au quartier de Préville – Trou-Gai à Coulogne, pour un montant de 6,6 millions d’euros l’autre pour de la réhabilitation à Calais-Nord (rues de la Paix, Seigneur-de-Gourdan, Royale, de la Mer,
Place d’Armes et boulevard Clemenceau), pour 1,7 million d’euros.

CLEA.- Le contrat local d’éducation artistique entre dans sa troisième et dernière année et Philippe Blet s’en veut
l’ardent défenseur : « C’est un souhait personnel, le CLEA fait entrer les jeunes dans les lieux culturels, cela donne du goût et du talent à nos enfants.

 » Pour preuve, un budget prévisionnel de 175 000 E est dégagé pour une trentaine de projets CLEA en cette année scolaire, contre
135 000 E en 2009 et 85 000 E en 2008. La participation de l’État reste quant à elle scotchée à 55 000 E . « Je ne sacrifierai jamais le CLEA, promet Philippe Blet. Car la culture, c’est ce
qu’il reste quand on n’a plus rien.

Lire la suite —>>>

http://www.nordlittoral.fr/img/header/elements/logo_nord-littoral.pngConseil communautaire hier à l’Hôtel de Ville : L’assainissement du Trou gai pose question

Les élus de Cap Calaisis ont balayé en un peu plus d’une heure, hier soir en mairie de Calais, l’ordre du jour de la séance.

Seuls quelques points ont suscité des débats.
Parmi les délibérations votées hier, plusieurs d’entre elles concernaient la Zac de la Turquerie. « Il n’y a pas beaucoup de
zones de 160 hectares au nord de Paris
, remarque Philippe Blet. Les investisseurs s’y intéressent, nous avons d’ailleurs des contacts avec une société de logistique de haute
volée.
 » Des contacts qui seront noués un peu plus encore au Mapic, à la mi-novembre. «  Nous avons aussi de bonnes nouvelles officieuses sur l’ouverture de l’enquête préalable
de la déclaration d’utilité publique de la Turquerie
, poursuit Philippe Blet. C’est un dossier difficile à fhttp://www.nordlittoral.fr/stories/image250x00//mediastore/VDN/A2010/M10/542598-l-assainis-4cc083b7.jpg.jpgaire avancer. » Aujourd’hui, Cap Calaisis possède
53 des 160 hectares qui composent cette Zac. Les transferts d’exploitation agricoles sont en cours de négociations avec les propriétaires et la Safer (société d’aménagement foncier et
d’établissement rural).

L’extension du réseau d’assainissement à Coulogne, dans le secteur Préville – Trou gai, et à Calais-Nord, fait partie des
préoccupations des élus communautaires : « C’est un vrai investissement, une volonté de solidarité sur tout le territoire », avec un coût variable selon les secteurs
géographiques, de 4 379 euros par foyer branché aux Hemmes-de-Marck à 13 850 euros au Marais de Coquelles. « Nous voulons que l’agglomération investisse dans l’assainissement
collectif
 », souligne le président de Cap Calaisis.

Lire la suite —>>>