Une école d’ingénieurs à Calais

Bonne nouvelle pour le Calaisis : L’école d’ingénieurs, l’ISTAC s’implantera bien à Calais. Je me
félicite de la décision que vient de prendre la commission de Titres d’Ingénieurs, la CTI après un long combat et quelques rebondissements.

 

En janvier de cette année, l’annonce du refus d’accorder à l’Université du littoral la création d’une école
d’ingénieurs, l’ISTAC, à Calais, a mobilisé l’ensemble des partenaires de ce projet afin que des réponses concrètes soient apportées aux interrogations de la commission.

 

Il faut souligner la démarche engagée par le nouveau président de l’ULCO,  Roger Durand,
et les partenaires qui ont contribué à cette décision finale.

 

L’école d’ingénieurs est très importante pour le devenir de notre  territoire qui veut
attirer de nouvelles entreprises. Elles doivent pouvoir trouver sur place le savoir et l’encadrement nécessaires. Le Calaisis doit aussi avoir son école d’ingénieurs afin de retenir ses meilleurs
éléments et devenir une terre d’excellence.

 

C’est pourquoi, le Calaisis doit aussi être candidat à l’implantation d’un « Internat
d’excellence ». Sept de ces internats, permettant aux jeunes de milieux modestes de préparer l’entrée aux écoles d’ingénieurs, sont prévus en France. Ils doivent être financés par le grand
emprunt que compte lancer le gouvernement. 

 

Dans l’immédiat la communauté d’agglomération du Calaisis apporte son soutien à l’ULCO. Il sera proposé au
conseil communautaire du 25 mars prochain le vote d’une somme de 400 000 euros pour la maison de la recherche et de l’innovation.

 

Il reste maintenant à travailler à la mise en place du GIE, le groupement d’intérêt économique chargé de la
mise en place effective de l’école d’ingénieurs. Il est nécessaire qu’une table ronde soit initiée, le plus rapidement possible, avec la Région.

 

Dès le départ nous avons affirmé aux élus de l’audomarois et notamment aux travers de contacts personnels
avec Joël Duquenoy, Maire d’Arques et président de la communauté d’agglomération de Saint Omer, que nous étions favorables au traitement global des deux pôles Calais et St Omer. Par la suite, des
enseignements spécialisés verront le jour à Dunkerque et Boulogne sur Mer, afin de compléter l’offre de cette école multipolaire dont le siège sera à Calais.

 

La décision que vient de rendre la commission est la preuve que des résultats décisifs peuvent être obtenus
lorsque tous les acteurs d’un même territoire avancent dans le même sens. Cette victoire doit nous servir d’exemple pour les combats futurs.