Une couveuse d’entreprise à Calais : ENFIN !!!!

CIMG2883Aux impatiences compréhensibles, légitimes, je réponds qu’il est nécessaire de construire sereinement, solidement, la démarche, les moyens, les outils qui nous permettront de
gagner la bataille du  développement économique et de l’emploi.

Mais dire cela n’est pas satisfaisant surtout lorsque l’on sait qu’en France, en 2010, 600 000 chômeurs seront sans indemnités. Il faut du
concret, des réponses, des solutions, des perspectives.

 

En matière de développement économique, la communauté d’agglomération a décidé de maitriser l’espace et le temps. Elle vient d’acquérir un tiers
des 160 hectares de la zone d’activités de la Turquerie. Elle a créé le service d’archéologie préventive qui permettra d’accélérer les délais d’aménagement de nos zones d’activités.

 

Cap Calaisis apporte aussi un soutien à la recherche et à l’innovation avec notamment la création d’un fond communautaire d’innovation, et une
contribution au fonctionnement du laboratoire littoral LTM, logistique transport massifié (Itrans), ainsi qu’une participation au pôle d’excellence de la filière textile dentelle.

 

La communauté d’agglomération s’inscrit dans des actions partenariales comme par exemple l’agence de développement : Calais Promotion. Cap
Calaisis gère des  équipements structurants comme l’aéroport.

 

L’agglomération soutien les associations qui agissent dans les secteurs de l’emploi et de l’insertion. Je pense tout spécialement à la maison de
l’emploi et de la formation, à la mission locale pour l’emploi des jeunes, à Parcours gestionnaire du Plan Local d’Insertion par l’Economique, aux associations d’aide à la création d’entreprise
Pyramides, Idée Littoral et Calais initiative. 

 

CCIMG2844ap Calaisis inscrit la clause d’insertion dans les marchés publics et avec le contrat Urbain de cohésion sociale apporte son soutien à la chambre des métiers, et à la
couveuse d’entreprises qui fait l’objet aujourd’hui de toute notre attention.

 

Pourquoi ces aides ? Parce que, pour certains, la création d’activité peut être une solution. Parce qu’ils ont un savoir faire, une
technicité, des capacités, une passion, une volonté.

 

La création d’entreprise est parfois une solution à la recherche d’emploi. Elle est une bonne solution pour un certain nombre. Pas pour tous,
c’est certain, mais qui ne tente rien n’a rien.  

 

Tout le monde a des idées. Quelques unes sont irréalistes. Certaines irréalisables, mais beaucoup pourraient voir le jour.

Mais de l’idée à l’acte. Il y a un monde, un cap à franchir, une mécanique à mettre en œuvre.

 

La création d’entreprise reste un acte compliqué, même si des facilités ont été créées.

 

Je souscris à l’idée émise par Jean Marc Puissesseau : Que la couveuse trouve sa place dans les mêmes locaux que la pépinière
d’entreprises. Les entrepreneurs baigneront ainsi dans une ambiance propice et stimulante. Ils s’imprégneront du climat de l’entreprise. Ils échangeront avec des porteurs de projet à une étape
plus avancée de la création.

 

Au-delà de l’accompagnement technique et social proposé par la maison de l’emploi et de la formation c’est une véritable immersion dans
l’univers de l’entreprise qui doit être offert. 

 

La couveuse d’entreprises permet de prendre pied dans le monde de la création, de comprendre le milieu de l’entreprise, d’entrer en douceur
dans un univers concurrentiel sans pitié
.

 

Elle permet au créateur de bénéficier d’un accompagnement, de murir son projet, de l’adapter, de l’améliorer, d’en tester la viabilité et la
performance, de se rendre compte si l’aventure doit être poursuivie ou non.

 

Ce n’est pas de l’assistanat mais de la formation à l’autonomie. Il ne faut pas oublier que les entrepreneurs sont, avant tout, des hommes et des
femmes. Qu’ils ont besoin de soutien.

Gérer une entreprise et la faire fructifier n’est pas inné. Cela s’apprend.

 

Et c’est là aussi tout l’intérêt d’une couveuse.  

 

Il n’y a pas d’échec.

Soit le porteur de projet trouve, parfois au prix de nombreuses difficultés, l’opportunité de créer son activité.  Ou bien il
décide sagement de ne pas y donner suite.  Mais, quelle que soit sa décision, il sort toujours enrichi d’une expérience qui l’a transformé… en chef d’entreprise !

 

Le soutien financier à la couveuse est donc un bon investissement. Félicitations à toute l’équipe de la maison de l’emploi pour cette initiative
heureuse.

2 Comments