Devons-nous régler un drame humanitaire à coup de baton ?


Prochainement sera présenté par Sarkozy le projet de loi relatif à l’immigration et à l’intégration. Il appelle cela « l’imigration choisie ». Il y aurait donc de bons immigrés et de mauvais immigrés. Imaginez la scene : aux postes frontières, accueillis par des caporal-chefs, les étrangers seraient TRIER et séparer en deux colonnes. Ca ne vous rappelle rien !!!!!!

La question de l’immigration est souvent évoquée par les responsables politiques, par des personnes censées et présentées comme des spécialistes dans la presse, dans les conférences ou débats.

Mais elle est d’abord des histoires de femmes et d’hommes qui arrivent sur le continent européen et souhaitent gagner la Grande-Bretagne. Ils fuient les dictatures et les guerres comme pour chaque homme ou chaque femme qui désire un avenir pour ses enfants.

Dans son rapport, le commissaire européen aux droits de l’homme, Alvaro Gil-Robles, condamne la france à « la pénalisation" des étrangers en France due au "durcissement des politiques d’immigration", condamne notre pays de "mener à une stigmatisation des demandeurs d’asile, soupçonnés d’être des immigrés économiques".

Concernant les zones d’attente, le rapport pointe "Ces lieux semblent être considérés comme ne faisant pas partie du territoire français"; Il critique le recours obligatoire à la langue française pour remplir les formulaires, et plus généralement l’impossibilité à faire valoir ses droits.

Au quotidien, les associations et leur formidable travail auprès des migrants confirment des agissements repressifs et violents.

Alors, devons-nous continuer de régler un drame humanitaire à coup de baton ?